Bonjour le monde, pour une fois je vais vous servir un test écrit. oui ça fait longtemps que je n'ai pas publié de vidéos sur ma chaine YouTube, c'est pas très bien, surtout quand je commençais à avoir des viewers réguliers. mais ça reviendra, j'ai du dépenser mon temps autrement ! Pour dire vrai, j'ai eu très envie de faire une vidéo, mais comme ma connexion et mes conditions de logement actuelles ne me le permettent pas, je me suis dit, pourquoi ne pas simplement faire un test écrit sur PFS, hein ?


Qu'est-ce que Dream League Soccer ?

DLS est un jeu pour smartphone mis à jour tous les ans. Il fait parti des jeux Free-to-Play et se présente comme une alternative à FIFA mobile et PES mobile malgré un point commun néanmoins, celui de son mode de jeu central. En effet, tout comme ses concurrents, DLS propose au joueur de bâtir une équipe de rêve en progressant en mode Offline ou Online. Jusqu'ici rien d'incroyable et d'innovant me direz-vous. Bande de flemmards assoupis dans votre canapé, en train de jouer à votre PES 2019 ou FIFA 19, que vous êtes. J'ai pu tester pour vous ce jeu, afin de vous donner l'envie d'essayer ou au moins d'en parler car il y a vraiment des choses à dire sur DLS, dont une en particulier dont PFS ne peut que faire l'éloge. Mais nous allons y revenir dans la partie consacrée au gameplay. Notez également que DLS est sous licence FIFPRO, les joueurs réels sont donc inclus dans le jeu.

Evoluer sur DLS et les choses à faire...

Dream League Soccer vous donnera la possibilité de participer à 3 modes de jeux distincts :

  • Un mode Carrière (Offline) où vous composerez votre équipe de jambes cassées au début du jeu et où vous devrez enchainer des matchs de plus en plus difficiles au coeur de mini-saisons d'une quinzaine de matchs. Vous débuterez en Division 6 et le but sera de vous hisser en première division. Pour le moment, je suis en division 3, les matchs sont plus compliqués que les premières divisions mais je m'en sors encore assez facilement. Au cours de chaque matchs vous pourrez remporter un nombre de pièces plus ou moins important, qui vous permettront d'acheter de nouveaux joueurs via les transferts pour améliorer votre équipe.
  • Un mode multijoueur où vous pourrez affronter d'autres joueurs et améliorer votre classement.
  • Un mode Evènement où vous pourrez participer à diverses compétitions ou épreuves vous permettant de gagner toujours plus de sous-sous.

le mode Carrière constitue probablement la partie la plus intéressante du jeu, en tout cas jusqu'à ce que vous ayez formé l'équipe qui vous plait, avec vos maillots, votre stad... Attends quoi ? Le stade ? Oui, C'est un des premiers points super sympa et bien amené par DLS. Vous aurez la possibilité de tout customiser, votre tenue, soit via leur module de personnalsiation où en important directement des kits (Via une simple URL s'il vous plait messieurs) trouvables sur internet pour avoir des maillots authentiques ou funs. Vous pourrez aussi modifier votre logo et donc votre stade, et c'est la partie la plus cool et la plus longue à mon avis. Le système est simple mais intéressant. Plus votre stade est grand, plus vous remporterez de pièces bonus en fin de match. Mais il ne s'agit pas d'une simple amélioration de votre stade par palier, vous disposez d'un vrai petit générateur de stade, partie par partie, pour créer le stade de vos rêves, et moi, j'ai trouvé ça supercool.

Avec une mécanique F2P mais des petits objectifs cool à gérer sur le long terme, DLS se donne une vraie durée de vie pour un jeu mobile. Tout n'est pas parfait, bien entendu. Si les différentes méthodes pour gagner des pièces sont honorables et plutôt bien pensées (réussir des objectifs de championnat, monter une division, remporter un match, réussir à marquer un maximum de buts, participer à des évènements, améliorer son stade, etc) on se retrouve aussi avec la possibilité de progresser beaucoup plus vite en achetant des pèces avec de l'argent réel via microtransactions. Rien d'anormal en soit, il faut bien vivre et le F2P fonctionne couramment ainsi. il sera possible de gagner des pièces assez rapidement en enchainant des publicités à regarder, c'est le gros point noir du jeu. Si d'un côté cela permet de progresser plus vite et arriver au niveau des joueurs dépensiers, je trouve que ça vient un peu éroder le travail accomplit sur les diférentes mécaniques de gain de pièces virtuelles. Enfin, on retiendra malgré tout que le jeu ne viendra pas vous demander de dépenser 2 euros pour pouvoir recharger votre barre d'énergie et pouvoir continuer à jouer, et ça c'est cool, car les jeux mobiles en abusent à outrance. On ne boudera pas DLS pour ce petit défaut donc. A noter que la construction d'une équipe de qualité est un processus qui semble plus long que sur FUT et MyClub, ce qui est à mon sens un point positif qui pousse à jouer, encore et encore.

Le Gameplay

C'est là que se joue la révolution du football virtuel. Je confronte souvent Simulation et Arcade en expliquant que l'un est pas forcément mieux que l'autre. Ce qui m'intéresse en temps que gamer, c'est le contrôle sur mes actions et la difficulté du jeu en lui-même ; je veux qu'il soit assez simple pour être compris mais difficile et long à maitriser. La base d'un jeu compétitif qui se respecte. C'est vrai pour les jeux de foot, mais aussi pour les autres jeux ! Rappelez-vous ce bon vieux Burnout 3, arcade comme pas deux, mais avez-vous jamais autant kiffé un jeu de course ces 15 dernières années ? Et Street Fighter n'est-il pas la référence des jeux de baston ? Sur-classant des jeux de combat se voulant simulations ? La moral de cette histoire c'est simplement celle-ci, le genre d'un jeu de le rend pas bon ou mauvais. Bref, passé ce topos parlons de DLS. Que nous propose de révolutionnaire ce jeu dans l'univers du foot virtuel ?

Et bien quelque chose de simple, un gameplay aux airs arcades, avec des commandes et un game-design simplicime mais difficile à maitriser pleinement. Car DLS s'impose comme le seul et unique jeu de foot en 2019 à assumer un gameplay sans assistance, ou presque. Contre l'assistance à outrance dans le dosage et les directions des dominants du marché (FIFA et PES), Dream league Soccer propose un jeu manuel, où le joueur orientera ses passes, ses tirs dans la direction et avec le dosage qu'il désir. C'est pas évident, qui plus est sur mobile, même pour un habitué comme moi. La seule véritable aide à disposition est un indicateur fléché au pied du joueurs pour montrer la direction que vous pointez, ce qui n'empêche pas DLS de compter plusieurs millions de joueurs (selon les développeurs et divers sites). En tout cas, aucun problème pour trouver des parties en ligne de mon côté. Un parti pris réussi, car malgré un gameplay arcade, DLS m'a fait désinstaller PES 2019 Mobile. J'ai trouvé dessus un équilibre intéressant avec une défense assez similaire à PES, et un controle des actions de jeu difficile car manuel. On vous propose bien un paramètres d'assistance sur les frappes et les centres. Mais après test, la différence et presque imperceptible et le jeu reste relativement manuel. Chaque joueur doit donc faire avec. DLS c'est LE JEU qui fait honneur à la communauté Full Manuelle, et je ne peux que rêver et me demander à quoi le jeu ressemblerait sur une console Next gen. Au niveau des mécaniques de jeu, on abandonne totalement le système "une touche = Une action" pour un système à 3 touches qui vous permettront une multitudes d'actions. Le bouton B vous permettra de jouer au sol, que ce soit des passes ou des frappes à terre, le bouton A vous permet de tirer de façon tendue ou d'effectuer des transversales à mi-hauteur et le bouton C vous permettra de lober, faire des pichenettes, des passes haute... Simple, mais efficace, il fallait y penser.

Au niveau des points négatifs, je regrette juste une physique de balle un peu trop simpliste et linéaire qui gagnerait à être améliorée. L'IA n'est pas toujours exempte de défauts en mode solo, mais à voir une fois les deux dernières divisions atteintes. En outre, les amateurs de coaching rr=esteront sur leur fin car mis à part la modification de la formation, on ne pourra pas beaucoup entrer dans les détail du plan de jeu. Je préfère ne pas trop m'étendre sur la forme du gameplay, car il s'agit d'un jeu mobile, et je prèrerait vraiment pouvoir en parler avec vous, et je n'ai pas joué assez longtemps dans tous les modes pour me faire un avis techniques sur les points forts et faibles du gameplay. Sachez que les matchs sont à mon sens plus équilibrés que sur PES Mobile, on ne fini pas à 8 buts par matchs, et marquer reste quelque chose de compliqué. Je vous propose un petit match en vidéo que j'ai joué en division 3.

En conclusion, je dirais que Dream league Soccer se présente comme un bon jeu mobile, sérieusement attractif et en concurrence avec FIFA et PES sur la-dîte plateforme portable, avec dans sa valise de beaux atouts à sa disosition et la promesse, enfin, d'un gameplay qui donne le contrôle aux joueurs. DLS emporte avec lui la preuve irréfutable que les joueurs ne boudent pas la difficulté et sont capables de s'adapter à un gameplay moins assisté. A bon entendeurs messieurs-dames de Konami et EA Sport.